MON ROMAN : KERGUELEN OU PRESQUE

Une

Tout a commencé ainsi…

C’est par l’île Tromelin que je suis venue aux Terres australes antarctiques françaises.

Tromelin

Il y a plusieurs années de cela, j’ai découvert l’histoire de Tromelin via ma fille cadette. Son enseignante d’alors avait établi une correspondance entre la classe et des archéologues du Groupe de recherches en archéologie navale (GRAN) qui menaient des fouilles sur l’île minuscule.

Si vous voulez savoir ce qui s’est passé à Tromelin, vous pouvez lire deux ouvrages au moins.

Le premier : Tromelin l’île des esclaves oubliés, Max Guérout (CNRS éditions). Il s’agit du responsable des différentes campagnes de fouilles effectuées sur place. Guérout

Le second : Les naufragés de l’île Tromelin, Irène Frain (Michel Lafon). L’auteure s’est rendue à La Réunion en avril 2009. Lors d’une conférence donnée au Conseil régional, j’ai pu me faire dédicacer l’ouvrage. Les naufragés de l'île Tromelin - Irène Frain

Plusieurs établissements scolaires de La Réunion ont travaillé sur Tromelin. Notamment le collège Leconte de Lisle, à Saint-Louis. Découvrez une bande dessinée réalisée par des élèves.

Autre parution, en avril 2015 : Les esclaves oubliés de Tromelin, Sylvain Savoia (éditions Dupuis).

Les esclaves oubliés de Tromelin

De la grande Histoire à ma petite histoire

De fil en aiguille, je me suis intéressée aux autres îles constituant les TAAF, notamment les îles Kerguelen. Je ne suis jamais allée là-bas et je ne le ferai probablement jamais. J’éprouve malgré tout une certaine attirance pour ces territoires.

Carte TAAFLe jour où est né le désir d’écrire l’histoire d’un couple entre rêve et réalité, je me suis tout naturellement transportée aux Kerguelen. Enfin, d’une certaine façon et dans une certaine mesure. C’est ainsi que j’ai écrit Kerguelen ou presque. Longtemps, ce petit roman s’est intitulé L’autre K, en référence à la fois aux Kerguelen et à la nouvelle de Dino Buzzati, Le K. J’en ai finalement changé le titre, le voulant plus facile à relier au texte.

 

UN GRAND MERCI A…

Christian Fressignac et à son épouse Françoise ; la photo des manchots, en couverture de mon livre, c’est eux. Invitation à découvrir le blog de Christian.

Merci aussi à Matthieu Sontag ; la photo du pont de la Rivière de l’Est, en couverture de mon livre, c’est lui.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s